Do it toi-même !

 


Voici une transcription de l’épisode. 

 


Aujourd’hui je t’emmène dans l’univers magique du bricolage ! Et pour en comprendre les vertus j’ai choisi de m’interviewer comme un enfant le ferait devant son miroir pour saluer sa nouvelle notoriété de star 😁 Et pourquoi pas après tout il n’y a pas de règles !!

Bienvenue sur ce premier épisode de 2021 

– Bonjour qu’est-ce que tu fais Charlotte ?

– Je démarre mon projet de bricolage !

– Et qu’est-ce que tu vas faire aujourd’hui ?

– Je vais créer une étagère 🤩

Ça m’intrigue tu as l’air dans un état de surexcitation totale, pourtant on parle bien d’une simple étagère non ?

– Haha déjà ça ne sera pas une simple étagère ce sera mon étagère et oui ça fait des jours que je réfléchis à sa conception, j’ai créé un moodboard, j’ai regardé des tutos pour la fabriquer, j’ai enfin acheté tout le matériel, c’est le grand jour c’est excitant !

– Et pourquoi tu ne préfères pas l’acheter dans le commerce ?

– Il y a d’abord la fierté et la satisfaction de réaliser des choses, d’effectuer des travaux, de réparer et de construire par soi-même. Ce plaisir permet de me sentir bien dans mon corps et dans ma tête : on libère, sans s’en rendre compte, des hormones de bien-être comme les endorphines. Je le sens quand je bricolage je me déstresse complètement. Et puis je suis du genre à beaucoup penser, j’ai une vie intérieure assez intense 😅, le piège c’est que juste penser ne m’épanouit pas complétement, j’ai besoin de passer à l’action, c’est ça qui me rend heureuse, ce va et vient entre la pensée à l’action. L’équilibre entre le corps et l’esprit.
La tendance aujourd’hui est au « do it yourself » mais en réalité c’est 10% de personnes qui créent et 90% des autres qui regardent donc on est surtout sur du « watch it yourself » !! On a plein de freins qui font qu’on ne passe pas à l’action, le manque de temps, le manque de confiance, le jugement des autres, le perfectionnisme mais en réalité c’est l’action et l’expérience qui vont nous donner confiance, sans s’y mettre on ne le découvrira jamais c’est tellement dommage. Les activités manuelles c’est pareil ça aide à prendre des décisions et à s’affirmer, par exemple choisir une couleur plutôt qu’une autre. Qu’on ait 2 ans ou 54 c’est pareil, c’est un mélange d’expérience, d’instinct et d’aventure sans grande prise de risque au départ et puis de plus en plus avec l’expérience.

– Du coup le bricolage c’est ton petit moment de plaisir tout simplement ?

– Oui c’est parfois comme de la méditation, un geste répété peut te mettre dans un état second mais c’est aussi un moment de concentration pendant lequel je travaille ma patience et ma persévérance. C’est un peu de l’art thérapie, c’est pour ça qu’on donne l’occasion aux enfants de s’exprimer par la peinture, le dessin dès le plus jeune âge. Construire leur confiance, leur estime, mais aussi la patience, la concentration et le partage d’idées, de matériel, de moment de création, c’est très important !

  Un manque de confiance peut avoir un impact sur notre santé : il peut entraîner une baisse de notre motivation. On parle peu de ce phénomène et c’est dommage parce qu’on est moins susceptible de faire de l’exercice et d’interagir avec les autres. Ce qui a un impact sur notre santé physique et mentale : c’est un cercle vicieux.

Une fois que tu es engagé dans le bricolage (en tout genre) et que tu mènes à bien des projets, ton niveau de confiance augmente naturellement. Ce qui est sympa c’est que tu es plus susceptible d’élargir tes centres d’intérêt et d’interagir potentiellement avec d’autres bricoleurs, passionnés ou aventuriers.

– Bricolage ça a encore une connotation assez péjorative tu es d’accord avec ça ?

– Le « bricolage » vient de science première, depuis le paléolithique et la création des premiers outils qui concrétisent la pensée sauvage tant qu’elle n’a pas été cultivée et domestiquée à des « fins de rendement » : donc tant que tu le fais pour toi, pour ton confort ou pour faire plaisir. A la base c’est pas péjoratif.

Le bricolage c’est œuvrer de ses mains en utilisant des moyens détournés sans se conformer à la règle. Si on pouvait l’associer à un mot tendance on dirait qu’on est des hackers !

Le bricoleur a donc beaucoup d’atouts mais notre super monde capitaliste voit la réussite plutôt dans celui qui peut se payer les services sur mesure dans tous les domaines, tailleur de costume, cuisine sur mesure, paysagiste. Mais c’est en train de changer, on est à la fin d’un cycle on renvient à la noblesse du bricolage.

Alors évidemment certains bricolent parce qu’ils n’ont tout simplement pas les moyens de faire réparer de s’offrir les savoir-faire d’un artisan mais le côté hacking est très visible sur les réseaux sociaux par exemple, on voit des communautés entières de bricolage sur youtube ou d’autres de couture qui créent des patrons de vêtements très tendances mais aussi hors de portée pour leur budget !
Make my lemonade est une enseigne de vêtements et do it yourself qui représente très bien ce nouveau courant : Des vêtements en édition limitée à faire soi-même ou à acheter tout prêts ! Du coup c’est une mode avec des prix plus justes puisque les vêtements sont fabriqués en France ou en Europe, le plus souvent composés à partir de matières naturelles, des prix dont on a pas l’habitude puisque nous on est habitués à la fast fashion de masse donc l’idée c’est que soit t’as un gros coup de cœur et voilà t’achètes et si tu aimes le challenge tu peux tout à fait télécharger le modèle et  bricoler toi-même !

– Et toi c’est quoi la motivation qui t’a lancée dans le bricolage ?

– je bricole pour le défi, la fierté d’arriver à quelque chose « que j’aurais pu acheter » et puis aussi l’objet unique, personne n’aura le même c’est sûr. Je dois avouer que je bricole aussi parce que j’ai trop souvent entendu que c’est pour les mecs, que c’est pas à moi de faire ça, une part de moi à toujours voulu emmerder ces réflexions sexistes. Mais je bricole surtout pour apprendre de nouvelles choses, comme mon nouveau bricolage : la création de podcast par exemple.
L’apprentissage joue un rôle essentiel dans la vie. D’ailleurs d’un point de vue scientifique apprendre préserve de la santé mentale. Le cerveau supprime naturellement les connexions synaptiques qui ne sont pas utilisées. Donc ça a pour effet de diminuer les performances du cerveau.
Le bricolage permet de comprendre comment les choses fonctionnent et même plus encore à apprendre par la pratique. C’est une approche que j’affectionne particulièrement en formation : l’approche de l’enseignement par constructivisme (par la pratique) plutôt que par instructionniste (le cours magistral)… Le bricolage aide à créer de nouvelles connexions. Ces connexions aident à maintenir le cerveau en bonne santé. Cela signifie que notre mémoire et nos compétences cognitives ont plus de chances de rester protégées avec l’âge. Je trouve ça passionnant. 
Quand je pose les yeux sur des choses que j’ai pu construire je me souviens de l’état d’esprit dans lequel j’étais du temps qu’il faisait dehors, de la musique ou du podcast que j’écoutais en le faisant, j’adore créer ce genre de souvenirs associés. Ma tête est remplie de p’tits dossiers comme ça j’trouve ça marrant. Ok je dois avoir un p’tit souci à régler avec la peur de devenir maboule.

– Alors au fait qu’est-ce que tu bricoles ?

– De la déco comme tu peux le voir avec cette étagère, un peu de réparation et dépannage pour l’entretien de la maison, de la couture quand l’envie me prend de me fabriquer des vêtements et plus récemment ce podcast. Mais pour moi le bricolage c’est finalement tout ce que tu crées de tes mains du coup la cuisine en fait partie comme le dessin ou peindre un mur.

– Tout à l’heure tu parlais de toute la préparation avant le passage à l’acte, tu peux nous en dire plus ?

– Je passe un temps fou sur Pinterest à créer des dossiers d’inspiration puis ma tête fait le reste sans que j’y pense et à un moment clé ça y est j’ai l’idée précise de ce que je veux. L’élaboration du projet est une étape aussi important que le moment de création et c’est qu’on a eu un peu le temps de réfléchir ces derniers mois…
Je pense qu’il y a énormément de personnes qui ont découvert le bricolage en 2020 avec le confinement.

  On a tous eu besoin de projets pour se sentir vivants, utiles, dans l’action ou garder le moral tout simplement, du coup le bricolage en tout genre a été pour beaucoup la seule possibilité de mener un projet de A à Z s’en trop dépendre de l’extérieur des autres ou que ça coûte de l’argent. Certains se sont lancés dans du bricolage de bien plus grande envergure comme changer de métier, changer de région faire un bébé, écrire un livre.

– Pourquoi tu as voulu nous parler de bricolage pour ce premier épisode de l’année ?

– J’avais envie de donner envie de s’y mettre, le bricolage est vraiment à la portée de tout le monde et c’est très salvateur. Je pense qu’en bricolant on comprend mieux comment fonctionnent les choses entre elles et je fais souvent le rapprochement avec NOUS et comment nous bricolons la vie avec les différentes parties qui font de nous qui nous sommes. En fait notre parcours de vie n’est rien d’autre que du bricolage que l’on fait en acceptant les outils qu’on a en main, ce qu’on décide de faire en plus pour se donner de nouveaux moyens et surtout les étapes qui nous amènent au terme du bricolage. Chaque personne a ses propres étapes pour un résultat parfois assez proche, parfois très différent c’est ça qui est passionnant en réalité, le bricolage n’est qu’un prétexte il s’agit bien de la vie et du moment où stoppe la réflexion pour enfin passer à l’action.

Il me semble clairement que le bricolage au sens large du terme est une philosophie de vie : Le fait d’arrêter d’acheter, de consommer systématiquement pour remplir son appartement, mais plutôt d’essayer de créer, de penser les choses différemment, plus lentement, de s’éloigner de cette société de productivité intensive pour vraiment comprendre ce dont tu as besoin et de le faire toi-même parce que ça va te nourrir et remplir tout ce dont on vient de parler, non pas ton appartement mais ta confiance en toi, la créativité, l’estime de toi, l’envie, la réflexion, c’est ça le bricolage…

– Merci Charlotte pour ce cours de bricolage philosophique et si on veut voir tes bricolages c’est par où ?

– Il y a évidemment tous les épisodes du podcast et puis aussi sur mon compte perso Instagram où je mets des choses que je fabrique (dont la fameuse étagère ou des vêtements,…)

Bonne année 2021 !
je te souhaite de l’action et beaucoup d’aventures
dans tes bricolages 🤪

 

Post a Comment

*

code

Hey Learning!

Réveillons la formation en ligne 👀 avec des modules sur-mesure capables de rendre l’apprentissage ludique et efficace !